Les réseaux sociaux menacent-ils l’audiovisuel public en France ?

Le paysage médiatique a connu de nombreuses évolutions ces dernières années, surtout avec l’essor des réseaux sociaux. Ces outils de communication modernes ont fortement impacté sur les pratiques informationnelles au sein de la société. La question qui se pose est de savoir si ces éléments menacent ou non l’audiovisuel public.

L’évolution de l’audiovisuel en résumé

Longtemps marqué par le monopole de l’État, l’audiovisuel public s’est libéré au fil des années. Des chaînes privées sont, en effet, apparues sur le marché à partir de 1987. Le paysage audiovisuel se scinde en deux depuis cette période avec les catégories suivantes :

A lire en complément : Comment Gamertop intègre-t-il les retours des joueurs dans ses évaluations ?

  • Les chaînes reliées au service public ;
  • Les chaînes commerciales gratuites ou payantes.

L’arrivée de la TNT (Télévision numérique terrestre) en 2005 bouscule encore le monde médiatique sur le territoire. Puis, les nouvelles technologies de distribution sont aussi apparues avec les premières utilisations des médias sociaux comme YouTube.

Les fournisseurs internet ont depuis apporté plus de liberté aux internautes pour faciliter l’accès aux informations. Les plateformes numériques comme les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) sont les plus actives sur le marché. Il est important de mieux cerner l’usage des réseaux pour éviter les problèmes de désinformations. Vous pouvez en lire plus ici.

A lire également : Peut-on acheter du CBD en gros en ligne ?

L’audiovisuel public face à la prolifération des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont incontournables dans les évolutions de l’ère numérique. L’audiovisuel public doit dans ce genre de situation faire face au phénomène de « l’hyper-offre ». Les internautes peuvent désormais consommer des contenus vidéos n’importe où quand ils les souhaitent. Il suffit par exemple d’avoir un smartphone et une connexion internet pour visionner des programmes en direct ou en différé.

Il ne faut pas non plus négliger la révolution économique apportée par les fournisseurs internet et les groupes de télécommunication. À cela s’ajoute la prolifération des offres de services de vidéos à la demande qui sont à présent visibles sur les médias sociaux. Ces changements poussent les responsables de l’audiovisuel public à améliorer la qualité des contenus qu’ils proposent aux téléspectateurs. Cela passe-t-il par la possibilité d’intégrer l’audiovisuel public à travers les réseaux sociaux ? 

Les médias sociaux et le service public peuvent-ils cohabiter ensemble ?

La cohabitation entre ces outils d’informations peut se faire à condition d’apporter les bonnes améliorations du côté du service public. Il faut noter que les réseaux sociaux sont rapidement devenus des sources de contenus et des relais d’informations.

Les plus jeunes générations sont les plus touchées par cette forte utilisation des nouveaux outils de communication. Les utilisateurs doivent en outre faire face à la qualité de certains contenus comme les publications illicites ou haineux. Il ne faut pas non plus négliger le cyberharcèlement qui ne risque pas de toucher l’audiovisuel public.

Les responsables doivent toutefois revoir leur copie pour régulariser le monde médiatique. Cela implique la prise en compte l’usage des plateformes en ligne pour accéder aux informations. L’accès aux chaînes publiques sur Internet est par exemple à améliorer.